Analyses de Cycles de Vies des Technologies – Courriers électroniques, requête Web, clé USB : quels impacts environnementaux ?

Je suis tombé sur une étude assez … surprenante concernant nos gestes du quotidien tel que lire ou envoyer un email, faire une requête sur le web ou encore copier des fichiers sur une clé USB. Gestes annodins et pourtant!! jugez-en à la lecture de l’analyse que vient de réaliser l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

En effet, l’Ademe vient de publier une étude green IT : « L’impact des Technologies de l’Information et de la Communication sur l’efficacité énergétique ».

Elle y analyse les émissions de gaz à effet de serre de toute la filière technologique, de la fabrication de l’ordinateur à l’hébergement des mails ou document, en passant par la lecture de fichiers.

Premier enseignement : en Europe, les TIC représentent déjà 2% des émissions de gaz à effet de serre. En 2020, elles pourraient en représenter 4%.

L’Agence de l’environnement et la maîtrise de l’énergie veut renverser la tendance mais cela nécessitera un changement du comportement des consommateurs de technologies.

Mais on peut commencer doucement…

De manière pragmatique, l’Ademe met en avant trois exemples d’usages IT: l’e-mail, les requêtes sur Internet et la lecture de documents.

Illustration avec le courrier électronique. Chaque mail de 1Mo entraîne une émission de 19 grammes d’équivalent CO2. Et il faut rajouter 6 grammes par destinataire supplémentaire.

Cela semble peu, mais au sein d’une entreprise, chaque collaborateur reçoit 58 courriels et en envoie 33 par jour en moyenne. Sur l’année, cela représente 13,6 tonnes équivalent CO2.

Pour réduire cet impact, l’agence propose de diminuer le nombre de destinataires de chaque mail (pas besoin de toujours le transmettre à son responsable), de moins les imprimer, de les archiver moins longtemps et de compresser les documents joints.

Autre pratique qui a un impact méconnu sur l’environnement : la recherche sur Internet.

Les internautes français effectuent en moyenne 949 recherches par an sur le Web, pour des émissions de 9,9 kg équivalent CO2.

Pour réduire l’impact environnemental de cet usage, l’Ademe fournit quelques pistes simples : utilisez des mots-clés plus précis sur les moteurs et tapez directement l’URL des sites que vous connaissez (ou mettez-les en sites favoris).

Le cycle de vie du matériel hardware est aussi abordé.

Le fait de garder son ordinateur plus longtemps et lui assurer une durée de vie de 7 ans (au lieu de 4) diminue fortement son impact écologique.

Chaque année d’utilisation supplémentaire évite ainsi 2,3 kg équivalent CO2 d’émissions. Un argument suffisant pour conserver un ordinateur vieillissant ?

l’étude de l’impact des clés USB est très intéressant!!

Enfin, quand il s’agit de consulter des documents, l’Ademe recommande la lecture à l’écran sur l’ordinateur si l’exercice prend moins de 3 minutes par page. Un réflexe écologique.

Au-delà, il vaut mieux l’imprimer. En mode brouillon, noir et blanc, recto/verso et 2 pages par face, bien entendu (cf mon post sur les green team!).

Je vous recommande la lecture du dossier : green IT

A propos François Trouillet

Directeur de @Grenoble_EMSI une école de @Grenoble_EM . Teaching Marketing. Fan of Digital, Social Media, Cloud Computing, Big Data, Innovation. I have been working for blue chip IT companies such as CA Technologies, SAP, Business Objects, HP, Digital and Baan.
Cet article a été publié dans Développement Durable. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s